top of page

Les portes du paradis ?


Récemment, un ami me faisait cette réflexion : « Tout de même, c’est étrange qu’avec tout ce que tu fais pour ton bien-être, tu ne sois pas plus zen que ça ! Bon, rassures-toi, tu n’es pas le seul, je connais pas mal de personnes qui méditent, pratiquent le yoga… et qui déboulonnent. »



À ses propos, je suis resté silencieux puis me suis repassé le contenu de notre discussion. Qu’avais-je dit et sur quel ton ? Il ajouta : « Moi, je ne fais rien de particulier et je vais bien ! » Sa remarque m’amena à penser à mes objectifs, à mes attentes dans cette entreprise d’éveil spirituel. J’en profitais aussi pour observer des personnes de mon entourage, mes relations amicales qui, pour certaines, sont férues de développement personnel. Sont-elles vraiment heureuses, épanouies ? Ne montent-elles pas dans les tours pour une broutille ?


Un autre ami, qui sortait de son premier cours de méditation Vipassana, immergé dans le silence total pendant dix jours, me relata alors un témoignage : « Mon pote Alain a suivi au moins dix cours ces dernières années, soit tout de même quelque 100 jours de méditation à raison de onze heures par jour ! Bref, il a des heures de vol. Je lui ai posé la question : “ Qu’est-ce qui a changé dans ta vie ? ” Il m’a répondu qu’avant d’avoir suivi ces cours, lorsque quelqu’un le klaxonnait au feu, il descendait prêt à en découdre. Maintenant, il se contente d’un bras d’honneur ! » Déconcertant.


Et si toute cette quête de bonheur, de paix à travers moultes pratiques n’était qu’une gesticulation supplémentaire de notre mental, histoire de s’inscrire dans la tendance spirit actuelle ?

Nous avons beaucoup d’idées préconçues sur la route de l’éveil. Une route 66 qui, sur la brochure, nous fait rêver de conquête de l’Ouest et nous promet un Eldorado lumineux. En réalité, c’est un chemin interminable semé d’embûches, mais, heureusement, ponctué ici et là de sensations merveilleuses qui nous guident, nous envoient des signes. Alors nous poursuivons le périple coûte que coûte. Beaucoup s’imaginent qu’il va se produire The miracle of love et qu’il est à portée de main. Pour l’atteindre, il suffirait d’un zest de lecture de littérature zen, de pratiques yoguiste, méditative… éphémères dilettantistes, le temps d’une soirée par semaine, d’un week-end, de 8 jours de formation coup de poing en sarwelle. La transformation pointerait alors son nez.


Les profanes s’imaginent que celui qui s’adonne à ces disciplines est calme, aimant, en extase lorsqu’il contemple la rosée du matin, les pétales de marguerite naissantes et le soleil couchant sur le lac. La carte postale, le beau roman, la belle histoire artificielle que ChatGPT aurait pondu en un clin d’œil.

Foutaise. Le travail, le travail, le travail, sérieusement, assidûment et dans la continuité est la règle. Rien de tel pour parvenir, un jour, à laisser ses mains posées sur le volant et poursuivre son chemin sans colère. Ne rien attendre, ne pas se fixer d’objectif, ni être focus sur le résultat. Dites-vous bien que vous n’avez pas à réaliser le chiffre d’affaires du mois pour tenter d’être à la première place sur le tableau d’honneur et gagner le titre glorieux du meilleur employé du trimestre.


Votre mental/esprit est un allié précieux dans cette démarche d’éveil spirituel. C’est lui qui vous rappelle que c’est l’heure de travailler, de faire le grand saut dans le vide et de lui accorder sa pause quotidienne. Ce, même s'il rechigne. Il faut maîtriser l’animal.

Stop aux pensées encombrantes. Ne soyez pas inquiet, elles reviendront à vitesse grand V. Ce n’est qu’un saut à l’élastique, la remontée égotique est assurée. La bonne nouvelle est qu’au bout de quelques centaines, milliers d’heures de votre pratique d’éveil, quelle qu’elle soit, progressivement vous vous dégagerez de l’emprise de votre petit singe. La transformation s’opérera sans que vous en ayez totalement conscience. Elle vous sera propre, ne ressemblera à aucune autre. Le voisin a son rythme, ses ressentis, vous les vôtres. Il est inutile de chercher la comparaison, ni d’encenser celui ou celle qui semble si avancé sur ce chemin. C’est une supposition, voire un jugement, et vous vous éloignez alors de vous-même, le seul qui compte. Celui que vous devez aimer à la folie afin d’être de tout cœur avec vous sur votre parcours de vie unique.


Nos incarnations sont souvent malmenantes. La colère, la peur, la frustration, l’avidité, le rejet… font partie du lot des aléas quotidiens. Il nous faut composer avec, y compris pour celles et ceux qui visent le Grand Éveil.

Ils ne sont pas exemptés des tourments de l’esprit, mais à la différence de la plupart des êtres humains, ils accueillent ces Scuds comme un élément parmi tant d’autres dans leur vie. Ils n’accusent pas le coup émotionnellement pendant toute une journée, une semaine. Ils tentent de demeurer dans la parole impeccable et reconnaissent leur responsabilité dans ce chaos qui n’est que temporaire. Certains savent même que ces états d’esprit ravageurs constituent des indications à prendre en compte pour se réancrer. Ce qui est parfois nécessaire lorsque l’on fait, par exemple, un choix qui relève davantage de la voie de garage que de l’autoroute du Soleil. Une mauvaise pioche qui éloigne la plupart d’entre nous de notre Vérité.


Les « éveillés » tentent d’éviter de tomber dans ce piège. Ils restent des humains comme les autres, en proie aux mauvaises passes, mais ils les appréhendent en conscience sans y ajouter de pensées négatives. Ils sont acteurs, créateurs de leur réalité qu’ils ont à expérimenter et parfois ils se plantent, comme tout un chacun. Dois-je la créer celle-ci ou pas ? Et s’ils vont dans le mur, ils ne s’en voudront pas d’avoir fait ce choix non épanouissant pour eux.


Ils accueillent, acceptent, se libèrent du matériel au profit du spirituel. Un jour, une heure avec ; un jour, une heure sans, parce que la vie est ainsi ponctuée de flux et de reflux, de l’apparaissant et du disparaissant. « L’éveillé » le sait et il fait l'économie des luttes vaines, même si sa tentation est forte de vouloir maîtriser l’immaîtrisable et de pénétrer dans la spirale du contrôle absolu.


Merci, mon ami, pour ta réflexion.









Posts récents

Voir tout

Kommentare


bottom of page