Sexualité, l’été sera-t-il divin ?

Atteindre la vérité de l’amour en nous-même et ensemble lorsque nous parlons du couple. « La plus grande source de mécontentement sur terre est que l’homme et la femme ont en fait oublié comment faire l’amour physiquement », écrit Barry Long, maître spirituel, auteur et journaliste australien qui nous quitta en 2003.


Son essai, « Faire l’amour de manière divine - De l’acte charnel à l’amour divin » édité en 1998, bouscule sérieusement la façon dont nous appréhendons le corps à corps. À l’heure où le mental est gangréné par la pornographie matriçant une bonne partie des nouvelles générations qui envisagent la sexualité à l’instar d’une pratique « tauromachi…que », la (re)-lecture de cet ouvrage cloue au pilori nos obsessions sexuelles. « D’où l’atroce situation dans laquelle se trouve l’amour », analysait Barry Long il y a déjà 25 ans.


Pour celles et ceux qui sont en éveil de conscience, se connectent déjà à leur enfant intérieur en quête de leur vérité ou encore tentent de s’éloigner de ce qui est insignifiant pour leur vie, prendre le temps d’engager un entretien intime, honnête avec leur corps et la manière dont ils l’utilisent pour faire l’amour, est le point d’orgue dans leur travail. Celui-ci est délicat, inconfortable, tabou, car il nous met à nu, interroge notre rapport à la chair, à la femme, à l’homme, au couple. Pour Barry Long : « La femme a appris à faire l’amour par l’intermédiaire de l’homme, qui ne sait pas comment faire l’amour. (…) Depuis le début des temps, la femme a été manipulée et encouragée à sentir que l’expression la plus noble de son amour était de satisfaire l’homme sexuellement. La vérité est à l’opposé », écrit-il.


« La femme est accrochée à la sexualité orgasmique de l’homme et à son substitut clitoridien de l’amour. L’homme a construit un monde par la force de l’agression sexuelle. »

Barry Long avait la foi, une révélation douloureuse surgit à la trentaine et qui le mit sur la voie de la transmission. Il était guidé.

À la genèse, la femme et l’homme étaient amour pur. « Ils entretenaient la conscience et la présence de leur caractère divin, de leur éternité, en faisant l’amour physique d’une manière divine. » Puis ils oublièrent d’aimer, accaparés par la construction du monde. Ils finirent par ne plus être amour et commencèrent à articuler des faux-semblants dont le séculaire « je t’aime ». La pensée, l’insatiable quête d’émotions, les frustrations, les ont amenés à établir des scénarios de plus en plus élaborés pour faire l’amour physiquement.


C’est donc l’heure du grand nettoyage. Tout comme les éveillés se libèrent de leur ego, ce causeur implacable, pardonnent à leurs aïeux pour les blessures dont ils ont héritées, pardonnent à leur âme pour ce qu’elle est venue expérimenter dans son incarnation, accueillant et acceptant le meilleur comme le pire, ils peuvent aussi oser convenir que leur sexualité n’est pas synchro avec leur éveil de conscience. « Vous allez pratiquer « faire l’amour » sans entrer dans les émotions ni utiliser votre imagination. Le but est pour vous d’apprendre à vous en remettre à vos deux corps - de laisser en dehors de l’action votre personnalité, qui a l’habitude de contrôler », écrit Barry Long.

Performance, orgasme à tout prix, bandaison rassurante, préliminaires efficaces… autant d’objectifs à remettre en question.

Le protocole à suivre est particulièrement déstabilisant, d’autant après des années d’exercices physiques qui se devaient d’être conclusifs. Performance, orgasme à tout prix, bandaison rassurante, préliminaires efficaces… autant d’objectifs à remettre en question dans le processus global de purification tant du vagin que du pénis. Place à la douceur, à l’expression harmonieuse ici et maintenant de ces organes qui, à l’origine, faisaient le job parfaitement sans avoir recours à des subterfuges érotico-pornographiques développées par nos pulsions machiavéliques de domination, soumission, avec leur cortège de projections de nos angoisses, de désirs de fornication exponentielle. C’est le retour au moment présent des corps qui se regardent. Le passé et le futur n’existent pas. Votre sexe est parfait, il est amour et n’a besoin d’aucune aide. C’est le retour à l’innocence tout en ayant de la compassion pour ce que vous avez pu être dans l'expérimentation décennale, pour certains, de l'amour physique.


« Faire l’amour de manière divine - De l’acte charnel à l’amour divin ». Barry Long (1998).






Posts récents

Voir tout