Lithothérapie : dans la marmite des pro et anti

Pratique pseudoscientifique, manipulatrice pour les uns, miracle de la vie et des ressources infinies de la Terre pour les autres, la lithothérapie permet (trait) de soigner nos bobos. Nos minéraux auraient des propriétés énergétiques qui parleraient à notre corps. Entre150 et plus de 200 pierres ont des vertus...




Commençons par les fondamentaux. Selon le très sollicitant et contributif Wikipédia : « La lithothérapie est une pratique pseudo-scientifique de médecine non conventionnelle basée sur la croyance en un pouvoir qu'auraient certains cristaux (quartz, améthyste, citrine, aigue-marine, rubis, turquoise, etc.) au contact ou à proximité de l'être humain. La croyance sur laquelle se basent ses promoteurs est que les cristaux émettraient une " résonance " ou une " vibration " singulière qui aurait le pouvoir de guérir les maladies ou d'améliorer le bien-être psychique d'une personne. »


En première lecture, cette définition ne nous invite pas à creuser davantage Mais nous, nous creusons pour ne pas en rester là... Le terme lithothérapie vient du grec Lithos qui signifie pierre et Therapeia, thérapie. Pour ses « promoteurs », c'est une technique qui utilise les propriétés des pierres et des cristaux dans l’objectif d’apporter un soin. La question que tout un chacun se pose est : comment ça marche ?

Au début était la Terre, « un organisme vivant dont les mouvements d’énergies sont permanents », écrit Gérard Cazals dans son ouvrage « Se ressourcer avec les pierres et les cristaux » aux éditions Guy Trédaniel. « Ceux-ci s’étendent sur 6400 km de profondeur (le rayon de notre planète). Les minéraux sont formés par des températures et des pressions d’autant plus élevées que leur formation a lieu dans les couches profondes de la Terre. » Magmatique, sédimentaire et métamorphique, on trouve certains minéraux dans chacune de ces formations. Le quartz, l’aventurine… (magmatique) ; l’or, le diamant, le rubis… (sédimentaire) ou encore le grenat, le tanzanite (métamorphique).


Le minéral est présent aussi dans l’homme y compris dans ses cellules avec du silice. Il est non seulement au niveau du squelette et des dents, mais aussi à travers les sels minéraux et les oligoéléments (magnésium, aluminium, lithium…).

Le magazine Alternative Santé affirme que « les pierres ne sont pas des corps inertes. Malgré leur apparence de stabilité et d’immuabilité, les pierres sont comme tous les corps de l’univers : elles se caractérisent par des constantes physiques comme la masse, la chaleur, la radioactivité, l’électromagnétisme… Ce sont aussi, comme tous les éléments de la nature, des centrales énergétiques faites d’atomes et d’électrons. (…) Chaque pierre interagit avec l’extérieur par des échanges ioniques, thermiques, électromagnétiques ou encore radioactifs en fonction de la plus ou moins grande présence d’aluminium, de lithium, d’iode, de brome, de silice, de nitrate, de potassium…»

Admettons.

Il est reconnu aussi que le minéral est présent dans l’homme y compris dans ses cellules avec du silice. Il est « non seulement au niveau du squelette et des dents, mais aussi à travers les sels minéraux et les oligoéléments (magnésium, aluminium, lithium…) qui interviennent dans de nombreuses fonctions de l’organisme y compris nerveuses ou psychiques », écrit Gérard Cazals qui en conclut : « Dés lors comment s’étonner que le minéral puisse avoir de l’impact sur nous ? »

Les minéraux ont été utilisés par les hommes depuis bien longtemps, des Aztèques aux Mayas en passant par les Incas, les Égyptiens, les Romains, sans oublier les Hébreux et les Étrusques. Ce qui ne constitue pas une preuve scientifique mais une information.


Ce que les Américains ont baptisé le crystal healing (la guérison par les cristaux) attire de plus en plus de personnes.

Face au business de la lithothérapie qui monte en puissance ces dernières années, on assiste à une vague médiatique dénonçant la grande arnaque montée par les fameux promoteurs de la litho. Qui plus est, ces « escrocs sorciers » ont même réussi à attirer dans leurs filet des stars du show-biz dont Adele, Les Beckham, Katy Perry, Naomi Campbell, Kim Kardashian... Ce que les Américains ont baptisé le crystal healing (la guérison par les cristaux) attire de plus en plus de personnes. L'anthropologue Abdu Gnaba, directeur de Sociolab, laboratoire d'anthropologie appliquée, explique dans L'Obs : « Elles (les pierres ndlr) renvoient mythologiquement à la table d'émeraude d'Hermès Trismégiste qui établit le rapport entre macrocosme et microcosme à travers sa fameuse phrase : “ Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ”. A partir du moment où tout est lié dans cette conception du monde, chaque matière, y compris la pierre, joue un rôle. »

Les pierres c’est beau, photogénique avec un fort potentiel de création de produits dérivés. L’Express ou encore Sciences et Avenir, en manque d’inspiration de titraille, écrivent respectivement : Des « pierres (faussement) guérisseuses » : le juteux business de la lithothérapie » et Les « pierres guérisseuses » : la désinformation au service d'un juteux business. Tandis que des médias plus divertissants comme Elle ou Femme Actuelle sont enthousiastes et annoncent : Lithothérapie : 5 pierres pour booster sa libido et Lithothérapie : quelles pierres pour renouer avec l’amour de soi et attirer l’amour. Va comprendre ! Selon son lectorat, le média semble adapter ses éléments de langage participant ainsi à la confusion.


« Vouloir parer les minéraux " d’énergies bénéfiques " ou d’une quelconque vertu thérapeutique par l’effet d’ondes spécifiques est du charlatanisme ». Le Figaro Santé

D’un point scientifique, « aucune pierre ou cristal n'émet spontanément la moindre forme d'énergie à l'exception de la radioactivité, potentiellement dangereuse et non employée en lithothérapie. Les effets positifs proclamés de la lithothérapie sont donc attribués à l'effet placebo », peut-on lire sur Wikipédia. Cécile Thibert, journaliste au Figaro Santé interroge : Une nouvelle forme d’énergie ? « C’est grotesque, réagit Christian Chopin, directeur de recherche au CNRS, spécialisé en minéralogie. Le monde minéral est caractérisé par son inertie : à la différence du monde vivant, il ne produit pas spontanément d’énergie (hormis les substances radioactives...). Vouloir parer les minéraux " d’énergies bénéfiques " ou d’une quelconque vertu thérapeutique par l’effet d’ondes spécifiques est du charlatanisme. Il n’y a tout simplement aucune interaction possible entre les cristaux et le corps humain. » Et la journaliste, impartiale, d’appuyer ces propos du CNRS en soulignant que « la lithothérapie, comme toutes les autres pseudosciences (l’homéopathie par exemple), joue avec les fragilités inconscientes de la pensée humaine. » On avance...


Au fond, peu importe les vérités de chacun ou les preuves scientifiques. L'effet placebo et notre sensibilité au pouvoir de suggestion sont souvent mis en avant par des médecins, appuyés par une étude de 2001, systématiquement citée dans les médias, réalisée par Chris French, professeur britannique en psychologie à l'Université de Goldsmith. La messe est dite pour les uns et les autres.

L'important n'est-il pas que la personne ayant recours à la lithothérapie se sente mieux ? Beaucoup alertent le grand public sur les dangers de cette pratique, relatant des témoignages de personnes qui ont arrêté leur traitement allopathique pour soigner leur cancer et ce, pour s'en remettre aux minéraux. La dérive sectaire est pointée. Ce qui nous interroge sur la responsabilité de chacun face à sa santé et sa capacité de discernement.


Alors que faire de cette marmite dans laquelle guerroient les pro et les anti ? Chacun décide. Expérimenter en conscience et responsabilité si son cœur parle en ce sens, en écartant le diktat infantilisant de toute part, quel qu'il soit. Car nous parlons aussi d'amour, de considérer son corps physique comme un corps de plaisir et non de souffrance. Et s'il est en peine, croire que cette rose des sables posée sur sa poitrine puisse apaiser ses tensions est un acte d'amour envers soi-même favorisant la confiance. L'amour répare.


Ceci exposé, que dire de la labradorite ? Elle est bien connue pour agir comme une espèce de bouclier face aux énergies négatives. Elle nous protège des projections psychiques ou émotionnelles d'autres personnes à notre égard. Elle absorbe telle une éponge ces énergies négatives provenant non pas forcément de personnes mal attentionnées mais tout simplement dans le désespoir. C'est pourquoi elle est recommandée aux soigneurs mais aussi aux métiers relationnels, c'est un allié précieux lorsque l'on est exposé à un public. Mais ses talents ne s'arrêtent pas là ! Ah oui...





Posts récents

Voir tout